Pour mes créations personnelles, il est une technique que j’affectionne particulièrement,  la linogravure. Je réalise ainsi de petites séries limitées, uniques, avec une impression artisanale.

Mais, en vous rencontrant sur des marchés créateurs, je me suis aperçue que beaucoup ne connaissaient pas cette technique et ne réalisaient pas que chaque pièce était unique. Je vous propose donc de découvrir la linogravure, à travers la conception, pas à pas, de rudolph (que vous retrouvez dans la boutique).

La linogravure, c’est quoi ?

La linogravure, « lino » pour les intimes, est une technique de gravure qui se pratique sur un matériau particulier, le linoléum. Elle consiste à creuser un motif sur une plaque, puis déposer de l’encre sur les parties non retirées, en relief, comme un tampon. En pressant le papier contre la plaque encrée, on obtient ainsi une empreinte.

Graver le linoleum

Pour réaliser une lino, on grave une plaque de linoleum : un peu comme le revêtement de sol, à la différence près que c’est un matériau à base de lin (d’où son nom), de gomme et de résine, et non de plastique. C’est un support facile à graver, que l’on peut ramolir à la chaleur.

La linogravure fait partie des techniques de gravure en relief, que l’on appelle taille d’épargne. Elle consiste à évider certaines parties de la plaque de linoleum à l’aide de gouges, des outils coupants aux formes diverses – arrondies, droites, en V- qui permettent de creuser plus ou moins finement. Les parties évidées apparaitront en blanc sur le dessin.

gravure lino

Imprimer le support

Une fois la gravure terminée, la plaque de linoleum doit être encrée. A l’aide d’un rouleau dur, on l’enduit d’une fine couche d’encre pour linogravure. L’encre doit être bien répartie et appliquée de manière homogène sur toutes les parties du lino (sous peine de mauvaises surprises à la découverte du motif). Différentes encres peuvent être utilisées, à base d’huile ou d’eau. Pour ma part, ce sont uniquement des encres qui se nettoient à l’eau, beaucoup moins polluante.

La plaque encrée est ensuite pressée contre le support en appuyant fortement, de la façon la plus homogène possible. Cette pression peut être manuelle (c’est mon cas) ou réalisée à l’aide d’une presse . Le dessin apparait ainsi, à l’image d’un tampon, et c’est là le plus grand moment de plaisir : la découverte du résultat, toujours différent, avec ses petites imperfections.

linogravure techniquecarte création linogravure

J’aime la linogravure car c’est un bonheur de découvrir à chaque passe un nouveau dessin, avec ses originalités et spécificités. C’est une technique peu connue et pourtant pleine de charme.

Mes créations

Le bestiaire a été la première collection à voir le jour, en fin d’année dernière.
3 autres viendront tout vite compléter cette première série :
une collection voyage, basée sur mes escapades, en fonction des lieux ou symboles qui m’ont marquée. Certain(e)s d’entre vous ont déjà pu voir le cheval de Dala, que m’a inspiré mon dernier voyage suédois.
une collection sauvage, vous connaissez mon amour pour les imprimés graouhhh… léopards ou zèbres s’inviteront bientôt aussi dans mes gravures en complément de mes vêtements.
une collection… surprise qui devrait éclore au printemps. Un indice sur sa spécificité se cache dans cette description 😉

+ infos : la petite boutique des linos