Il y a quelques jours, j’ai assisté à une conférence sur « les plantes du système nerveux », c’est à dire les plantes qui peuvent nous aider à combattre le stress et l’anxiété au quotidien.
Un enseignement très intéressant, mais aussi très dense en contenus, que je vais tenter de vous résumer et surtout de simplifier dans un court article ! 

Comprendre le stress, identifier ses symptômes

Le stress est globalement un changement de notre état physique et émotionnel, face à une situation particulière. Il peut toucher tout le monde, et n’est, en soit, pas négatif. Il doit juste engendrer une réaction « normale » d’adaptation et n’être présent que sur une courte durée (15 jours maxi).
Mais dans le cas où il s’installe de façon plus longue, l’anxiété peut prendre le pas sur le stress, car nous n’arrivons alors plus à gérer cette adaptation dite « normale ».

Chacun peut ressentir le stress d’une façon différente :
– mentalement avec des inquiétudes constantes, de la nervosité… ou comme moi des abus de pensées (qui me mènent souvent à l’insomnie)
– physiquement avec des contractures musculaires, des maux de tête, ou des troubles de l’alimentation (que celui ou celle qui n’a jamais englouti un paquet de gâteaux lors d’une montée de stress se présente de suite, et surtout me donne son astuce!!)

Tout cela pour dire que c’est lorsque ces symptômes s’installent un peu trop et que l’on n’arrive pas à gérer de façon « normale » les éléments extérieurs stressants, que certaines plantes peuvent nous aider à éviter ces troubles de l’adaptation. On les appelle les plantes adaptogènes.

Les plantes adaptogènes pour réduire son stress

Le guarana : stimulant physique et intellectuel (riche en caféine) je l’ai un peu ressentie comme la plante au top pour les anxieux actifs ! Elle augmente la concentration, la mémoire et la vitalité ; et en bonus, elle augmente aussi le métabolisme de base et régule la satiété (je sens le sourire s’inscrire sur le visage des régimeuses 😉 )

L’éleuthérocoque (famille du ginseng) : cette plante a un effet antistress et anxiolytique. Elle augmente également la performance physique car elle active la récupération.

La rhodiole : plante équilibrante et antistress, la rhodiole est aussi reconnue pour augmenter la résistance et les capacités physiques.

Les plantes adaptogènes pour lutter contre les insomnies

L’Eschscholtzia est la plante la plus adaptée pour favoriser le sommeil et retrouver un sommeil de qualité. En fonction des profils on pourra l’associer à d’autres plantes telles que :
La valériane (pour les adultes)
Le houblon (pour les femmes ménopausées)
La griffonia (pour éviter les méfaits du décallage horaire)
Le ginkgo (pour les personnes âgées)
Pour les enfants, on privilégiera l’alliance passiflore / tilleul, plus légère.

Comment consommer les plantes ?

Le plus important est de consommer le totum de la plante, c’est à dire l’intégralité des constituants d’une plante, et pas seulement l’un de ses principes actifs. Car comme le dit l’adage « le tout est bien plus que la somme des parties ». C’était la minute philosophique du soir…
Plus concrètement, on retrouvera facilement toutes ces plantes sous forme de gellules. C’est souvent le moyen le plus simple de les consommer (en vérifiant bien le totum sur des plantes comme le guarana par exemple).

Pour aller plus loin

Le stress se divise en 3 phases : l’alarme, la résistance, l’épuisement
Durant chacune des phases, différentes hormones présentes dans notre cerveau permettent de réguler et combattre le stress. Les principales hormones du stress sont la noradrénaline, la sérotonine et le cortisol. Chacune a son rôle dans la gestion de notre stress physique ou psychologique et notre alimentation peut également aider à leur production.
Consommer des produits laitiers, des bananes, des avocats, des fruits oléagineux (amandes, noix…), des graines (sésame, chia…) ou des légumes feuillus permet par exemple d’augmenter la sérotonine. Des aliments à privilégier en cas de stress.

Pour finir, sachez que les situations de stress peuvent générer une carence en magnésium. Et cette carence rend plus vulnérable au stress… un cercle vicieux. Une bonne cure de magnésium peut donc être la base, avant même l’utilisation de plantes. Pensez-y 😉
J’espère que ce (petit) résumé vous sera utile. N’hésitez pas à me poser des questions si besoin, j’ai essayé de condenser près de 3h de conférence en quelques mots, mais c’est du coup très synthétique.

+ infos :
Conférence « Les plantes du système nerveux » par Olivier Bon, naturopathe