Fin juillet, je partais pour une semaine d’escalade dans un coin de France qui m’était complètement inconnu : les gorges du Verdon. Un séjour sportif avant tout, mais aussi dépaysant, entre falaises et rivière…

Le Verdon, ses paysages vertigineux

Mon premier coup de cœur en arrivant dans les gorges du Verdon par de petites routes sinueuses : ces imposantes falaises. A chaque virage, la découverte d’un nouveau paysage, toujours plus impressionnant et grandiose, avec en ligne directrice le Verdon qui se devine en fond de canyon.

Ces falaises vertigineuses, de 200 à 750 mètres de haut, sont juste exceptionnelles, et je n’avais jamais vu un tel paysage en France.

Pour profiter de ce superbe panorama, le mieux est d’emprunter la “route des crêtes”, depuis le village Rougon. Elle offre de superbes points de vue sur les gorges et permet d’observer les vautours qui nichent à flanc de falaises.

La route des crêtes en pratique :
Attention, la route est en partie en sens unique. Le départ depuis la Palud (à 800m de la sortie du village, en direction de Rougon) est donc vivement conseillé, pour ne pas se retrouver coincé. Pour mieux profiter du panorama et s’arrêter à chaque point de vue, le meilleur moyen est de l’emprunter en vélo électrique !
Personnes sujettes au vertiges… abstenez-vous de vous approcher trop près des rambardes.
> Location à La Palud-sur-Verdon auprès de Verdon e-bike.

falaise gorges du verdon
gorges du verdon, route des crêtes
gorges du verdon

Le “point sublime” complète cette série de panoramas. Comme son nom l’indique, il offre une superbe vue sur les gorges. Accessible depuis la route en quelques minutes, il est victime de son succès et très fréquenté pendant la période estivale. Je ne m’y suis donc pas éternisée, malgré une vue exceptionnelle.

Le point sublime en pratique :
> Accès : à proximité du village du Rougon, en face de l’Auberge “Du point sublime”
> un sentier (fléchage lézard) permet d’accéder au belvédère en 10 minutes environ.

point sublime, gorges du verdon

Le Verdon, son eau vert émeraude

Comment parler des gorges sans parler des eaux cristallines du Verdon? Ce bleu vert est juste sublime et digne des plus beaux lagons.
J’ai eu peu de temps pour en profiter (car plutôt à escalader les falaises qu’à barboter sur ce séjour), mais je suis certaine qu’il est possible de trouver des spots de baignade dans un cadre fabuleux, en se “perdant” sur les sentiers qui longent les berges.

Le Verdon en pratique :
Le Verdon un sacré terrain de jeu pour les amateurs de rafting et canyoning. Pour les moins téméraires, on m’a aussi parlé de la rando aquatique, plus familiale et accessible.(n’hésitez pas à commenter pour m’en dire plus si vous connaissez cette activité ou des prestataires au top sur ces prestations)

le verdon
le verdon, couloir samson
traverser le verdon

Si nous n’avez pas peur du monde, au bout des gorges, vous trouverez le lac de Sainte-Croix. On peut y pratiquer baignade, canoë ou pédalo, mais j’avoue que ça me donnait un peu l’impression d’une autoroute aquatique, en pleine période estivale : bondé !

lac de sainte croix

Le bon plan lac de Sainte croix :
Si comme moi vous préférez la tranquillité, privilégiez les bord de lacs un peu plus loin des gorges.

En descendant depuis Moustiers, 2 ou 3 pistes sont accessibles depuis la route sur la droite, pour profiter des berges du lacs de façon un peu plus paisible (baignade non surveillée par contre)

lac de sainte croix

Le Verdon, terrain de jeu pour les grimpeurs

C’était l’objet de ma venue à la Palud : crapahuter sur les célèbres falaises du Verdon. Pas moins de 900 voies sont ouvertes dans les gorges, de tous niveaux, c’est juste un paradis pour les grimpeurs.
De mon côté, cela a été un éventail d’émotions, mêlant dépaysement, bonheur et dépassement de moi (dans la souffrance quelquefois 😉 ).

Escalade dans le Verdon, en pratique :
En été, privilégiez les spots ombragés, car le soleil tape sacrément. Petit coup de coeur pour le secteur de “la baume aux couillons” qui mérite le détour tant pour sa marche d’approche impressionnante (entre descente en rappel et tyrolienne) que pour la vue plongeante sur les gorges une fois sur le site. J’y ai aussi fait ma première montée en tête, ce qui lui donne encore plus de saveur à mes yeux 🙂

escalade gorges du verdon
bruno clement, alias graou

> Encadrement : si comme moi, vous voulez profiter de l’encadrement de Bruno Clément, alias “Graou”, grimpeur le plus célèbre du Verdon, il vous faudra passer par les stages UCPA (ou peut-être vous renseigner pour trouver ses coordonnées depuis l’office de tourisme). Car, avant d’être un personnage qui grimpe pieds nus et ouvre aujourd’hui la plupart des voies dans les gorges, c’est surtout un grimpeur hors pair qui se balade sur la roche avec une aisance qui en fait rêver plus d’un, et qui donne l’envie de se surpasser. (un peu trop pour moi, j’ai fini l’une des journées longée à son baudrier pour la marche de retour, tellement j’étais épuisée. oups)  

grimpe gorges du verdon
escalade la baume aux couillons

Pour les amateurs de blocs, le site d’Annot, au Nord-Est du Verdon (entre Dignes les bains et Nice) est juste exceptionnel. Des centaines de blocs de grès, en milieu de forêt, permettent d’améliorer sa technique, et ce pour tous les niveaux de pratiques.
Attention toutefois aux chevilles… le sol n’est pas toujours plat et une entorse est malheureusement vite arrivée ( 😉 clin d’oeil à mes 2 colocs de chambres Emilie et Laura qui en ont fait les frais durant notre stage)

Les grès d’Annot en pratique :
> Accès : Prenez la piste d’Argenton, sur la droite après avoir traversé le village d’Annot (direction Fugeret). Les secteurs s’étalent le long de la piste. Privilégiez une voiture assez haute ou tout terrain, c’est plutôt caillouteux !
> Pour les débutants, nous avons trouvé notre bonheur dans les secteurs Place Vendôme (16e épingle) et Requiem (18e épingle). 

escalade gres d'Annot
escalade bloc, gres d'Annot

Le Verdon, ses villages plein de charme

Accrochés aux falaises, les villages sont finalement peu nombreux dans les gorges. Mais ils sont plein de charme. Logée à La Palud, j’aimais le soir, m’y balader (ou plonger mes jambes endolories par la grimpe, dans l’ancien lavoir)
Mention spéciale pour Moustiers Sainte-Marie, classé Plus beau village de France. La légende veut que l’étoile qui domine le village, suspendue sur une chaine de plus de 135mètres depuis des centaines d’années, le protège.

moustiers Sainte Marie
Moustiers Sainte Marie et la palud sur verdon
Moustiers Sainte Marie
Moustiers Sainte Marie

En se baladant dans ses ruelles, on découvre le travail des faïenciers qui l’on rendu célèbre, mais aussi de nombreuses boutiques d’artisanat. Sans toutefois perdre son charme par un côté trop commercial (ce que je reproche souvent aux plus beaux villages).

Moustiers, en pratique :
> Pour découvrir l’histoire de la faience de Moustiers, n’hésitez pas à pousser la porte de la boutique de Bondil Faiencier. Un atelier qui pérennise l’héritage artistique légué par les grands maîtres faïenciers des 17e et 18e siècles, et partage avec enthousiasme ce savoir-faire.
> Le village est presque entièrement piéton, les véhicules sont laissés dans un parking payant à l’entrée.

Faience Moustiers Sainte Marie

Faience Moustiers Sainte Marie

 

Le Verdon, la lavande pour toile de fond

La lavande… C’est un peu l’or bleu de la région. Et le plateau de Valensole, juste en amont des gorges,  est “the place to be” de tous les photographes amateurs de champs de lavandes. Si pour les yeux, je suis arrivée un peu tard pour voir les étendues bleu, pour l’odorat, c’était juste parfait car j’ai pu profiter de la récolte de quelques champs encore fleuris.

Le plateau de Valensole, en pratique :

> Pour profiter des champs en pleine floraison, il faut venir en juin ou tout début juillet.
> De nombreux producteurs proposent des produits à base de lavande ou de lavandin et des visites. De mon côté, passage express, sur la route du retour, pour un peu d’huile essentielle, qui embaume maintenant la voiture, j’adore !

Lavande Valensoles

Pour l’anecdote, on parle toujours de lavande, mais la plante la plus répandue, que nous utilisons le plus (pour éloigner les moustiques, désodoriser nos intérieurs ou parfumer les savons) est son hybride, le lavandin, un croisement entre de la lavande vraie et de la lavande sauvage.

lavande et lavandin

Pas de bonnes adresses à vous partager sur ce séjour, car en stage UCPA, j’étais nourrie, logée, blanchie 🙂 Mais je ne manquerai pas d’y retourner pour vous dénicher des bons plans, et découvrir plus longuement ce cadre naturel sublime.

Je profite de ce petit article pour remercier notre petit groupe de cette semaine de grimpe (tant encadrants que stagiaires) qui ont rendu ce séjour rempli de bonnes ondes avec une superbe ambiance.
Rdv dans quelques mois pour une nouvelle session… dans le Larzac cette fois-ci. Merci aussi pour leur contribution à cet article avec quelques photos.

ucpa verdon