Voilà maintenant un mois que nous sommes confinés  et bien plus que je n’ai pas pris le temps de partager avec vous par ici. Alors comme il est difficile de vous faire des retours de voyages imaginaires, j’ai choisi de vous partager mon confinement solo. Car comme 35 % des Français c’est seule (si on oublie mon fauve) que j’aborde cette situation un peu particulière.

Je suis passée par plusieurs étapes avant d’être finalement « bien » dans ce confinement et c’est les petites astuces que j’ai mis en place pour arriver à ce bien-être (relatif) que je vous partage ici.

 

Passer l’inconnu des premiers jours

Comme pour beaucoup (si j’en crois mon entourage), les premiers jours ont été très difficiles pour moi. Sûrement la peur du virus, ajoutée à celle de l’inconnu et de ne pas savoir où l’on va et surtout celle d’être seule durant toute cette période. C’est ce dernier point qui m’a le plus angoissée. La peur de l’abandon reste ma plus grande phobie, et il m’a fallu digérer que c’était en solo que je vivrai ce moment.

Mais j’ai finalement vite compris que même si personne ne m’accompagnait à la maison, je n’étais en aucun cas seule. Mes amis et ma famille, mes piliers au quotidien, le sont, avec ou sans confinement. Les personnes qui sont présentes dans notre vie, le restent durant cette pandémie, même si le contact physique n’est pas là. Quand j’ai compris cela j’ai pu reprendre de l’assurance et me sentir prête à affronter ce climat, tendu et anxiogène malgré tout.
Et cette distance permet de chercher des moyens de communiquer ou de faire plaisir à ces proches, de façon plus atypique. Visio, courriers, photos, petites attentions… tous les moyens sont bons pour déclencher des sourires, sans avoir la possibilité de se voir.

 

Cultiver la pensée positive

Certains ont du mal à comprendre la légèreté que je garde au quotidien, sur les réseaux ou dans mes discussions, car je raconte toujours autant de bêtises et futilités. Mais ça m’est finalement nécessaire pour ne pas tomber dans l’anxiété permanente. Je me suis d’ailleurs coupée de certaines personnes, hyper négatives ou qui avaient une influence négative sur mon état d’esprit (peut être un peu égoïste, mais indispensable pour ma santé mentale 😉 ). Car chacun gère son stress de façon différente mais globalement une chose est sûre, c’est que la pensée positive attire la pensée positive et inversement.
Je privilégie les petites choses positives pour m’accompagner dans cette période de confinement et me détache de l’information (un JT par jour pour me tenir informée uniquement).
Et finalement, en me concentrant sur des personnes et des comportements positifs, j’ai mis en place de nouvelles routines qui m’apportent beaucoup plus de sérénité et m’apprennent même à mieux me connaître en analysant et gérant mes émotions.

Si vous voulez une petite bouffée quotidienne de bonnes ondes sur insta, je vous conseille les stories d’Angéline de Carnet prune, pleines de douceur et de bonne humeur.

 

S’écouter et se comprendre

En ayant plus de temps (et moins d’envie d’écran puisque le télétravail et les visio me font déjà passer beaucoup de temps devant l’ordinateur) je me suis penchée  sur les podcasts, et particulièrement ceux de développement personnel pour mes moments off. Et j’avoue qu’en plus de m’occuper et d’être instructifs, certains m’ont permis une “petite introspection”, ou plus simplement m’ont aidée à mieux gérer mes émotions.
Mon objectif actuel, en très bref : ne considérer aucune émotion comme négative, mais chercher à comprendre la source des pensées désagréables pour résoudre les peurs qui mènent à ses pensées… et faire évoluer mon comportement pour les évacuer. Plutôt simple au final.

Je vous conseille donc les podcasts de Chloé Bloom sur une vie saine et sereine, de nombreuses thématiques sont abordées sur sa chaîne.

 

Rester actif

C’est bien connu moins on en fait, moins on a envie d’en faire. Alors passer d’une routine sportive quotidienne à rien, c’était juste impossible pour moi. Je me suis “contrainte”, dès le début du confinement, à garder une routine sportive, même si elle est bien sûr différente de celle que je peux avoir à la salle de sport durant toute l’année. Mon club Wellness m’a d’ailleurs sauvée sur ce point, en mettant en place très vite des lives quotidiens avec les coachs, pour une routine sportive variée. Tous les soirs, en live ou en replay c’est cours de renforcement ou de cardio pour moi. Un moyen de garder la forme, bien sûr, mais aussi de se vider la tête et de sécréter quelques endorphines pour le plaisir.
Je ne dis pas à chacun de se mettre au sport de manière intensive, si vous ne le faites jamais habituellement, mais trouver une façon de vous activer pour ne pas être complètement sédentaire, et surtout de le faire de façon régulière.

Merci Wellness pour ce plein d’énergie quotidien, à retrouver en vidéo chaque jour, par ici : https://www.facebook.com/WellnessSportClubFrance 


Planifier et se donner des rdv quotidiens

L’appel du canapé a vite fait de faire perdre la motivation, aussi le dernier conseil que je peux vous donner (et qui m’a sauvé d’un ennui certain) c’est de planifier et se donner des objectifs. Comme je vous l’ai dit un peu plus haut tous les soirs 18h, c’est sport pour moi et je n’en déroge pas. C’est mon moment plaisir. Ma pause déjeuner, en semaine de télétravail, se termine aussi chaque jour par un petit moment thé/lecture qui me permet de définir des horaires de travail et de pauses fixes, qui ne sont pas toujours simples à mettre en place avec le travail à distance.
De la même manière, pour les journées off, je me fais des listes de tâches à réaliser. Des choses que je ne prends pas le temps de faire au quotidien et qui, du coup, me font plaisir quand elles sont finies. Plantations dans le jardin, rénovation de ma salle de bain… je m’attèle à plein de petits projets laissés en suspend. Le prochain sera le grand ménage de printemps, pour vider les placards autant que la tête !
Bien sûr il ne s’agit pas de se faire un planning hyper chargé, mais plutôt de prendre ce temps pour soi et pour être bien dans son cocon. A chacun de trouver ce qui lui convient le mieux, pour s’occuper sans zoner.

 

Prendre soin de soi & se reposer

Cela peut paraître assez contradictoire, mais cette période de repos “forcé” n’est finalement pas si reposante. Le stress de la situation nuit pour beaucoup à nos nuits (en tous cas aux miennes, déjà un peu fragiles en temps normal, alors je vous laisse imaginer en cette période). Il faut savoir s’écouter et prendre soin de soi physiquement et mentalement.
Une autre petite routine que j’ai mise en place c’est de prendre, chaque soir, une petite 1/2h de cocoonning avec mes produits de beauté chouchou : automassage au gua sha, gommage, hydratation ou petit vernis, je prends soin de moi (tout en Jolimoi, s’il fallait encore le préciser :)).
J’ai aussi mis en place un nouveau rituel du coucher qui m’aide énormément à m’endormir. Il s’agit de faire durant 10 minutes une méditation guidée. Un peu à la manière de la sophrologie chaque séance thématique focalise sur la respiration et a un effet hyper relaxant sur moi. J’arrive facilement à lâcher prise et me libérer de toutes mes pensées pour m’endormir beaucoup plus rapidement qu’à l’habitude.
Là aussi, chacun est différent et doit trouver la méthode qui permettra ce meilleur repos. Mais globalement, que vous soyez en télétravail ou non, il est important de garder un rythme régulier au niveau des heures de lever/coucher pour un sommeil de qualité.

L’appli que j’utilise est Namatata, elle propose différents types de méditations, dont certaines spécifiques pour s’endormir. (Elle est en partie payante, mais certains programmes sont disponibles dans la version gratuite. Et pendant le confinement 7 jours de test sont offerts)

J’espère que ces quelques conseils et ce témoignage de mon confinement vous seront utiles. Vous l’aurez compris, pour moi, cette période (même si elle n’est ni facile ni positive du fait du contexte) m’aura apportée. Elle m’aura permis, même si cela peut paraître étrange, de mieux me connaître et mieux comprendre mes réactions. Car on est finalement peu souvent seul dans la vie quotidienne ; et ce moment partagé uniquement avec soi-même est un moment privilégié que j’ai choisi d’exploiter positivement, avec un peu d’introspection.

 

Et pour aller plus loin…
Je commence aussi à réfléchir à l’après, et à mon petit impact dans la société. Et cette courte vidéo, transmise cet après-midi par mon amie Hélène, tombe à pic pour illustrer ces interrogations.